Le Tarot de l'art d'aimer

Arcane 8 - La Justice

Support divinatoire pour certains, miroir psychologique pour d’autres, le Tarot s’adresse avant tout à notre monde intérieur, à cette partie secrète qui attend qu’on lève son voile pour nous donner à voir et à comprendre notre présence au monde. Vingt-deux arcanes majeurs qu’il faut considérer comme un livre initiatique auquel il manque la reliure. Cette reliure c’est à chacun de nous de la créer en fonction de notre parcours individuel et spirituel, car le tarot est avant tout un chemin initiatique qui s’ouvre par l’arcane I Le Bateleur jusqu’au Mat (l’arcane sans nombre). Et il ne saurait y avoir de chemin initiatique sans amour qu’il soit à la fois charnel et spirituel. Sur le plan de l’incarnation terrestre, l’amour a besoin de s’incarner dans une âme, un esprit et un corps. C’est pourquoi « Le tarot de l’art d’aimer » abordera essentiellement chaque lame sous cet éclairage, celui des sentiments et de l’amour. Nous découvrirons ainsi du premier au dernier arcane comment celui-ci vit sa passion amoureuse.

La Justice


PRÉSENTATION :

Tout en rectitude, La Justice nous fait face, elle nous scrute. Son glaive, sa balance, son fauteuil, sa couronne, son collier, son avant-bras gauche et le sol sont jaunes. Cette couleur indique la valeur solaire et la puissance de son rayonnement et de son autorité à la fois temporelle et spirituelle. La Justice règne sur les deux plans, le céleste et le terrestre et établit le lien entre eux. Les deux ronds concentriques au centre de sa couronne représentent le glyphe du Soleil. Regarder La Justice en face équivaut donc à contempler la lumière divine.
Son visage de couleur chair parle de sa dimension humaine et de sa capacité à comprendre les sentiments et les contradictions qui nous animent. Sa cape bleue et son intérieur rouge associent la sagesse à la puissance. La recherche de l’harmonie et de l’équilibre en toute chose est sa principale fonction. Tout est vécu dans une totale lucidité afin de pouvoir définir le niveau d’évolution auquel l’on est parvenu. Les deux colonnes jaunes montrent la solidité de l’enseignement qu’elle transmet mais aussi la valeur de la verticalité en l’absence de laquelle toute évolution demeurerait une simple illusion.

SA FAÇON D'AIMER :

La Justice ne se complait pas dans la facilité. Elle met de la grandeur dans tout ce qu’elle fait et vit. Ainsi en va-t-il de l’amour entier et intransigeant. Elle sait se montrer équitable et fait en sorte de ne jamais favoriser qui que ce soit. Elle aime avec toute la force de son âme et de son corps. Son expression amoureuse est loin d’être « désincarnée », pour elle l’amour est une totalité et se doit d’être vécu ainsi.
D’une fidélité absolue, elle en attend de même de son partenaire. En sa présence, on se sent protégé et soutenu tant son aura exerce de bienveillance. Dire que la passion soit son fort serait hasardeux. La pondération, la raison dominent, ce qui la prive de cette petite pointe de folie dont l’amour raffole.
Son avant-bras gauche jaune exprime la sacralisation des sentiments. Pour La Justice rien n’est futile, tout mérite d’être vécu avec la noblesse du cœur et de l’âme. C’est dire à quelle hauteur elle place l’amour ! L’enjeu pour le partenaire est de s’en montrer digne et de n’en jamais démériter. Tâche ô combien difficile, mais loin d’être impossible !

ET SI LORS D’UN TIRAGE, LA JUSTICE RENCONTRE :



— Le Bateleur (arcane I) : notre cher Bateleur garde ses distances lorsque La Justice se présente à lui. Il sent intuitivement que sa frivolité, son habilité à jongler avec la réalité va trouver forte résistance. Pourtant, il se sent très attiré par la grandeur qui se dégage de La Justice. Il sait qu’elle peut l’aider à évoluer, à grandir. La seule question étant : est-il prêt à s’engager ?
La Justice à droite du Bateleur : ce dernier fera tout pour conserver sa liberté. À gauche du Bateleur : l’union est possible mais avec du temps.


— LA PAPESSE (arcane II) : la nécessité de mettre de l’ordre dans sa vie s’impose lorsque La Justice se présente à La Papesse. Celle-ci, pourtant rigoureuse et prudente, doit revoir impérativement ses choix et ses orientations. Sur le plan sentimental, une décision est à prendre… Il faut jouer cartes sur table et ne pas reculer devant les difficultés.
La Justice à gauche : la décision est prise après mûres réflexions et marque une libération.
À droite : les événements la contraindront à devoir se positionner bon gré mal gré.


— L’IMERATRICE (arcane III) : elle préside et se sent en parfaite possession de ses moyens. Rien ne peut perturber sa suprématie, rien, sauf, l’amour avec tout ce qu’il véhicule de sensations, de sentiments. Sur ce point, L’Impératrice n’a pas maîtrise. Et elle n’aime pas ça. La Justice l’invite à faire la part des choses, à ne pas confondre amour du pouvoir et pouvoir de l’amour. Lequel des deux va-t-elle choisir ? Ce choix est-il judicieux ?
À droite de L’Impératrice : La Justice fera sa propre autocritique.
À gauche : l’indécision persiste.


— L'EMPEREUR (arcane IV) : la droiture en personne ! Rien n’est pris à la légère. L’Empereur mène sa vie selon ses propres valeurs et sa vie sentimentale en va de même. Ça manque de spontanéité, d’élans, tout semble mesuré, voire calculé. Si L’Empereur est seul, il doit revoir ses priorités et ses valeurs, faute de quoi le célibat risque de persister. En couple, il lui faut impérativement accepter les désirs du conjoint, sinon, la relation risque de connaître des remous…
À droite de L’Empereur : La Justice persiste dans ses idées.
À gauche : importantes remises en question.


— LE PAPE (arcane V) : un penchant accentué pour l’ordre les unit. Autant dire que ça ne plaisante pas tous les jours lorsque ces deux arcanes se rencontrent. La Justice accentue le sens des responsabilités du Pape. En retour, Le Pape applique à la lettre ce que lui dicte La Justice. Pas très souple tout ça… Pourtant, l’amour a son mot à dire et Le Pape doit l’entendre sinon l’épée de La Justice risque de s’abattre de façon radicale. « L’amour a ses raisons que la raison ignore » telle est la leçon que La Justice lui enseigne.

 
— L'AMOUREUX (arcane VI) : ne pas choisir, L’Amoureux s’en délecte. Habile dans l’art de jongler avec les contraires, il a beaucoup d’atouts dans son jeu de la séduction. Mais arrive le moment où qui est pris qui croyait prendre. C’est ce à quoi La Justice le confronte. L’Amoureux est désarmé, déstabilisé. Que faire ? Ni avec toi ni sans toi. Impossible situation qu’il va devoir clarifier au plus vite.
A droite de L’Amoureux : La Justice tend à laisser le destin choisir à sa place.
A gauche : elle affronte et se décide.


— LE CHARIOT (VII) : ravir de son temps au temps, telle pourrait être la devise du Chariot. Tout est mené avec maestria et rapidité. Le Chariot n’aime pas se poser, c’est l’action qui l’aide à décider. La Justice lui demande de ralentir la cadence pour analyser son présent. Sa vie sentimentale va le rattraper et il va devoir s’y arrêter, lui consacrer davantage de temps. Dans le cas contraire, le ou la partenaire le lui imposera. Si Le Chariot est seul, il pourrait passer à côté d’un bel amour à cause de son refus à considérer sa situation actuelle.


— L’HERMITE (arcane VIIII) : avec calme et prudence, L’Hermite avance, essayant comme il le peut de ne se laisser gagner ni par les émotions ni par les sentiments. Attitude difficilement tenable sur la durée. La Justice lui demande d’équilibrer davantage son existence, de ne pas confondre solitude intérieure avec isolement et froideur du cœur. L’Hermite va devoir sortir de sa retraite. L’amour va le toucher et risque de faire chanceler tout son édifice, s’il ne s’y prépare. Phase clé où il devra apprendre à accepter l’amour de l’autre.


— LA ROUE DE FORTUNE (Arcane X) : La Roue de fortune adore le changement. Rien de pire que la routine et les certitudes pour lui faire perdre les pédales. Alors, en amour, c’est un peu la même tendance, d’où des revirements de situation qui laissent peu de place à la raison. La passion prend les commandes avec toutes les conséquences qui s’en suivent. La Justice vient mettre un terme à cette instabilité, elle lui demande de trouver un juste milieu et de s’y tenir. Pas facile. À elle de trouver la formule qui saura préserver sa part de liberté tout en préservant celle de son/sa partenaire. Ces deux lames peuvent aussi annoncer un renouveau à la suite d’un bouleversement radical.


— LA FORCE (arcane XI) : passion quand tu nous tiens ! La Force aime avec ardeur et sa jalousie est tout aussi puissante. Ce qui a pour conséquence de provoquer des conflits parfois excessifs pour ne pas dire injustes. La Justice peut dans ce cas s’avérer redoutable car son verdict peut se retourner contre La Force. Cette dernière doit impérativement mettre un bémol à l’expression de ses sentiments. Dans le cas contraire, des tensions et pas des moindres dans la relation sont à craindre.
À droite de La Force : La Justice finit par abdiquer.
À gauche : elle entre en résistance.


— LE PENDU (arcane XII) : l’amour avec ses incertitudes et ses atermoiements. La rencontre de ces deux arcanes marque la fin de ce climat. Les esprits et les cœurs se calment et se stabilisent peu à peu. Des concessions sont à faire de part et d’autre dans le couple. Ce peut être aussi le moment de s’engager sérieusement dans une relation durable. L’heure n’est plus à l’attente, à la procrastination. C’est du tranchons-en une fois pour toutes ! Pour les célibataires, cela exprime aussi la fin d’une étape et le démarrage d’une nouvelle nettement plus stable et constructive.


— L’ARCANE SANS NOM (arcane XIII) : croire que tout est acquis définitivement ne met pas à l’abri des imprévus. C’est ce que La Justice vit au contact de L’arcane sans nom. Ses assises, ce en quoi elle croyait éperdument se voit remis en question de fond en comble. Sur le plan sentimental, tout est fragile, ne tient qu’à un fil. Il faut avancer avec sagesse si l’on veut préserver la relation. On serait tenté de dire que c’est du style « ça passe ou ça casse ». Mais rien n’est encore joué si une prise de conscience de part et d’autre a lieu. Dans ce cas, tout renaîtra sur de nouvelles bases.


— LA TEMPÉRANCE (arcane XIIII) : phase de stagnation. On ne bouge rien par crainte de mettre en péril une soi-disant harmonie qui tourne à l’ennui. Il est temps de briser cette routine qui tue l’amour ou du moins l’éteint peu à peu. C’est ce que conseille La Justice, mais La Tempérance reste frileuse, attentiste. Pourtant il va falloir réinventer une nouvelle façon de vivre sa relation amoureuse.
À droite de La Tempérance : La Justice se fait violence et sort de sa léthargie.
À gauche : il lui faut de l’aide, seule elle n’en a pas la force. Une psychothérapie peut être une solution.


— LE DIABLE (arcane XV) : je désire ce que je n’ai pas et ne désire plus ce que je possède. Cruel dilemme dans lequel Le Diable excelle ! La Justice risque de le confronter à une situation où il aura plus à perdre qu’à gagner. Le Diable doit prendre conscience qu’il est tout autant possédé qu’il possède. En amour, cela peut mener à des situations extrêmes… Attention, ces deux arcanes se font face, le regard est fixe. Le Diable fascine, La Justice juge. C’est sa propre conscience que Le Diable doit affronter. Ne pas jouer avec les sentiments des autres, c’est la leçon que lui enseigne La Justice.


— LA MAISON-DIEU (arcane XVI) : l’association de ces deux arcanes annonce du mouvement voire de l’inattendu. La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille et, en la circonstance, il est souhaitable d’anticiper. Attendre n’est pas toujours la meilleure stratégie. La vie sentimentale peut traverser une étape cruciale. Il convient de bien peser le pour et le contre afin d’éviter le pire, en d’autres termes, une rupture. La Justice réclame du discernement et une franchise à toute épreuve. C’est à ce prix que La Maison Dieu est annonciatrice d’un changement et non d’une chute.


— L’ÉTOILE (arcane XVII) : c’est la plénitude et l’harmonie. Les relations sont intenses et fécondes. La Justice apporte ses valeurs protectrices à L’étoile, laquelle lui transmet sa grandeur d’âme. L’amour s’exprime avec douceur et rien ne vient entacher la relation. Celle-ci s’appuie sur la loi des affinités. Les émotions trop fortes peuvent parfois perturber la communication et provoquer des quiproquos. Mais ceux-ci n’ont jamais de conséquences fâcheuses. L’étoile et La Justice réunies sont l’indice de la stabilité et de la profondeur des sentiments.


— LA LUNE (arcane XVIII) : que d’états d’âme ! La Lune et La Justice parlent des sentiments qui sont mal vécus, ils entraînent des troubles et des actes inconséquents. D’où des maladresses, des rendez-vous ratés, des actes manqués ô combien révélateurs et qui perturbent une relation ! La Justice invite à prendre du recul. L’amour est sincère mais non exempt de craintes, parfois de difficultés à vivre pleinement les sentiments. Du côté santé, le secteur gynécologique peut présenter une faiblesse. La Justice exprime dans ce cas la nécessité d’un suivi médical.


— LE SOLEIL (arcane XVIIII) : la fin des problèmes, s’il y a. Joie partagée. La Justice et Le Soleil regardent dans la même direction, ce qui indique une parfaite entente entre les partenaires. Une certaine euphorie se dégage de cette association, mais La Justice ne se laisse pas facilement submerger par les émotions. D’où, parfois, un trop de réalisme qui freine les élans passionnels. Mais ce serait trop vite oublier que la fonction du Soleil est de briller, de rayonner de communiquer sa chaleur… Autrement dit, l’amour avec un grand A brille de ses pleins feux.


— LE JUGEMENT (arcane XX) : Le Jugement divin rencontre La Justice des hommes. Phase d’intenses prises de conscience. On sent que l’on traverse une étape primordiale et qu’aucune erreur n’est permise. La question d’un engagement peut se poser : mariage ? Il faut marquer la réalité et le temps de l’empreinte de son amour. Les deux partenaires se sentent investis d’une nouvelle énergie, leurs sentiments se renforcent. Ils ne se perdent pas du regard et savent que la vie n’est désormais plus envisageable en l’absence de l’autre. C’est l’amour sublimé.


— LE MONDE (arcane XXI) : l’expression d’un très bel ancrage spirituel. L’être est fort et structuré intérieurement. De là toute sa vie en découle et sa vie amoureuse en particulier. Loin des mesquineries, des confits de l’égo, l’amour se vit à un niveau de conscience supérieur. Attention cependant à ne pas trop perdre pied avec la réalité, à se contenter d’un amour détaché de la chair… La Justice met en garde contre cette tendance qui peut, sur le temps, créer une brèche et de là quelque déconvenue.
La Justice à droite du Monde : cette tendance s’accentue.
À gauche : l’attention demeure et évite cet écueil.


— LE MAT (arcane sans nombre) : la recherche constante de la vérité et de la pureté. Dans le domaine des sentiments, cette quête irrépressible est souvent source de désenchantement lorsqu’elle est poussée à l’extrême. C’est ce qui anime Le Mat, et La Justice le met en garde contre cet excès qui le conduit inexorablement dans une impasse. Le Mat doit revoir sa trajectoire et ses idéaux. La voie du milieu semble être la seule viable et Le Mat n’a pas d’autre alternative s’il veut sortir du cercle infernal des désillusions.
À gauche du Mat : La Justice relève cet enjeu et triomphe.
À droite : c’est la fuite en avant avec risque d’échec au bout…

PROCHAIN RENDEZ-VOUS : L’arcane IX - L'HERMITE



Fabrice Pascaud pour AVS/2015
Article sous copyright - Toutes reproductions interdites.

Suivre Fabrice Pascaud