Le Tarot de l'art d'aimer

Arcane 6 - L'Amoureux

Support divinatoire pour certains, miroir psychologique pour d’autres, le Tarot s’adresse avant tout à notre monde intérieur, à cette partie secrète qui attend qu’on lève son voile pour nous donner à voir et à comprendre notre présence au monde. Vingt-deux arcanes majeurs qu’il faut considérer comme un livre initiatique auquel il manque la reliure. Cette reliure c’est à chacun de nous de la créer en fonction de notre parcours individuel et spirituel, car le tarot est avant tout un chemin initiatique qui s’ouvre par l’arcane I Le Bateleur jusqu’au Mat (l’arcane sans nombre). Et il ne saurait y avoir de chemin initiatique sans amour qu’il soit à la fois charnel et spirituel. Sur le plan de l’incarnation terrestre, l’amour a besoin de s’incarner dans une âme, un esprit et un corps. C’est pourquoi « Le tarot de l’art d’aimer » abordera essentiellement chaque lame sous cet éclairage, celui des sentiments et de l’amour. Nous découvrirons ainsi du premier au dernier arcane comment celui-ci vit sa passion amoureuse.

L'Amoureux


PRÉSENTATION :

Le personnage central à la chevelure blonde (solaire) centralise l’attention par la place qu’il occupe dans cet arcane. Il est entouré par deux femmes, celle de gauche semble d’âge mûre alors que celle de droite apparaît plus jeune. Elles sont l’une et l’autre vêtue d’une cape bleue (intuition, sentiment) avec une prédominance rouge (action, énergie) pour la femme de gauche et de bleue pour celle de droite. Un angelot (Cupidon ?) se dresse au-dessus de ces trois personnages et oriente sa flèche blanche (symbole de pureté) en direction de la femme de droite (en réalité à la gauche du jeune homme).
Le jeune homme semble tiraillé, confronté à un choix. Cet arcane marque donc une décision à prendre, voire une orientation à emprunter. Mais la décision n’est pas simple car deux voies bien distinctes s’offrent à lui. Il regarde attentivement le personnage féminin à sa droite. Il semble captivé, très attentif à ses paroles alors que son corps semble subtilement s’orienter vers la femme de droite plus jeune. Cette dernière lui pose sa main gauche sur la région du plexus solaire (centre des énergies) alors que la droite repose sur sa zone pelvienne (la région de l’énergie sexuelle) ? A contrario, la femme à sa droite, plus sévère et grave pose sa main gauche sur son épaule droite (signe de sagesse et de protection) et la droite va vers le bas (force tellurique). Elle témoigne à la fois d’une bienveillance et d’une mise en garde quant à l’équilibre intérieur à garder.
L’Amoureux parle des sentiments et du trouble qu’ils peuvent susciter. La voie charnelle est-elle compatible avec la voie spirituelle ? Le jeune homme est écartelé par ce questionnement. Pourtant, l’angelot exprime que l’énergie d’amour doit aussi s’incarner, se vivre à la fois par l’âme, l’esprit mais aussi le corps. Aussi est-ce pour cette raison que sa flèche s’oriente vers la jeune femme. L’Amoureux nous enseigne que, sans amour, rien ne vaut la peine d’être joué, et peu importe la nature de son expression : physique, spirituel ou autre. Dès lors qu’il aide à évoluer, à incarner notre présence et celle de l’autre au monde.

SA FAÇON D'AIMER :

Résister à l’appel de l’amour et de ses sens ne lui est guère facile. Ce n’est pas qu’il fasse preuve de légèreté, mais l’amour vit en lui comme le sang y circule, autrement dit naturellement. Et le sang, analogiquement lié au feu, marque la passion qui l’anime. À chaque fois, il croit au grand amour, il se donne totalement puis, subitement, le vent tourne et il regarde ailleurs… De fait, se retrouver dans des aventures mouvementées sentimentalement ponctue sa route, jusqu’au jour où un dilemme se pose. Eh oui ! L’amour avec un grand A (l’angelot) le frappe et il doit choisir entre papillonner, vivre selon ses humeurs, ses attirances, ses pulsions (femme à sa gauche) ou vivre l’amour avec toute la part de responsabilité et d’engagement que cela sous-tend (femme à sa droite). Décision ô combien difficile à prendre pour lui, amoureux fou de sa liberté et peu soucieux du lendemain.
Pourtant le sol jaune sur lequel il repose exprime une forme de sagesse, de droiture. Mais celles-ci nécessitent une transformation radicale dans sa façon d’envisager sa propre existence et sa façon d’aimer. Le fait qu’il soit nu-pied exprime le fait qu’il a besoin de bien s’ancrer dans la réalité. À présent, il doit compter avec l’autre et ses désirs et non plus uniquement selon les siens. Phase délicate mais nécessaire à son évolution à la fois en tant qu’homme mais aussi dans sa dimension spirituelle.

ET SI LORS D’UN TIRAGE, L'AMOUREUX RENCONTRE :



— Le Bateleur (arcane I) : Le Bateleur et L’Amoureux, c’est l’invitation à l’aventure amoureuse dans tout ce qu’elle a de folie et de passion. Le cœur bat la chamade et la pulsion mène la danse. En contrepartie, les illusions seront au rendez-vous avec des blessures inévitables. Mais l’effervescence qui émane de ces deux arcanes ne laisse guère de place à la mélancolie pas plus qu’à la nostalgie. Le passé est vite balayé…


— LA PAPESSE (arcane II) : Après la légèreté et l’insouciance, La Papesse donne le « la ». L’Amoureux se trouve ou va se trouver confronté à une situation où il devra se montrer à la hauteur. Pas facile pour lui car il se sent encore vulnérable. Si La Papesse est à droite, il tentera de trouver un subterfuge mais sans grande réussite. Si La Papesse est à gauche, il reverra ses priorités, ses valeurs pour se montrer digne de La Papesse, autrement dit de son/sa partenaire.


— L’IMERATRICE (arcane III) : Malgré toute sa panoplie de séducteur, L’Amoureux va trouver une interlocutrice de taille en présence de L’Impératrice. Déjà, sa puissance intellectuelle va lui en imposer, et elle se montrera peu disposée à succomber à ses facéties amoureuses. De fait, L’Amoureux va devoir grandir, mûrir s’il veut la séduire. Si L’Impératrice est à droite, la partie est loin d’être gagnée. À gauche, le lien se fera car ils se savent intimement faits l’un pour l’autre.


— L'EMPEREUR (arcane IV) : Phase d’autocritique pour L’Amoureux. L’Empereur l’amène à la raison, à la réalité des choses. L’Amoureux sent qu’il a besoin de stabilité mais qu’il n’est pas encore prêt à faire des concessions en ce sens. Pourtant, il sait qu’il n’a pas le choix s’il veut construire sa vie sentimentale sur des bases solides. Si L’Empereur est à droite, un événement lui mettra du plomb dans la tête. A gauche, L’Amoureux devra impérativement affronter ses propres faiblesses et, s’il le faut, se faire aider, conseiller par une personne suffisamment mûre.


— LE PAPE (arcane V) : On pourrait parler de l’heure de vérité. Le Pape, à la suite de L’Empereur, impose le sens des responsabilités et la valeur de l’engagement. À ce stade, L’Amoureux sent qu’il est à une étape décisive de son existence, qu’il n’a plus le droit à l’erreur ; la fin des illusions en somme. Un choix va s’imposer : « je m’engage ou non ? » Le Pape à droite : l’hésitation sera forte, du temps sera nécessaire. À gauche : malgré une appréhension, L’Amoureux se décidera à s’engager dans une union stable.

 
— LE CHARIOT (arcane VII) : Le Pape a enclenché le processus de maturité chez L’Amoureux. Mais la réalité quotidienne n’est pas toujours simple ni à l’abri de quiproquo, etc.. Le Chariot indique des aléas dans la relation, L’Amoureux peut passer par des phases d’incertitudes quant à son engagement. « Ai-je eu raison ? », « N’était-ce pas trop tôt ? », la valse-hésitation mène le bal. Le Chariot à droite, le retour d’une ancienne relation peut être la source de ses états d’âme. À gauche, le souvenir d’une ancienne relation est encore très présent…


— LA JUSTICE (VIII) : Elle arrive à point nommé L’arcane VIII. Étant donné le tumulte intérieur par lequel passe ou est passé L’Amoureux, La Justice va lui apporter force et droiture. Une prise de conscience se fait jour, et L’Amoureux sait où il en est avec ses sentiments et ce qu’il désire réellement. Du reste, il était grand temps car l’épée de La Justice est prête à s’abattre et à trancher s’il le faut. Phase de calme et d’abandon avec l’être aimé. Fini la lutte intérieure avec ses attirances charnelles ô combien difficiles à combattre.


— L’HERMITE (arcane VIIII) : Bien sûr, tout n’est pas toujours rose dans une relation. Avec L’Hermite, L’Amoureux peut se sentir délaissé, passer par une période de frustration, de difficulté à exprimer ses sentiments ou à accepter ceux de son/sa partenaire. L’Hermite à droite, c’est le moment pour L’Amoureux de travailler sa vie intérieure, de s’éveiller à la spiritualité qui sommeille en lui. À gauche, une lucidité aiguë s’installe et la lucidité peut s’avérer parfois douloureuse, mais salutaire.


— LA ROUE DE FORTUNE (Arcane X) : Après un petit passage à vide, L’Amoureux se sent à nouveau en pleine possession de ses moyens. Il envisage son existence et sa relation sous un jour nouveau. Il est prêt à faire des concessions, revenir sur ses positions, etc.. Un changement important est donc à prévoir avec La Roue de Fortune. De quel ordre ? Tout dépendra de l’état de sa situation présente. La Roue de fortune à droite : le changement peut venir du partenaire. À gauche : c’est lui qui imprimera une nouvelle orientation, une nouvelle énergie à sa vie amoureuse.


— LA FORCE (arcane XI) : La Force indique que L’Amoureux est installé et qu’il oriente sa vie selon ses désirs et ambitions. Mais attention à ce que cette détermination ne verse pas dans une forme d’autoritarisme. Être sûr de soi est une chose, vouloir impérativement imposer ses vues en est une autre. La Force ne doit pas se muer en rigidité. À droite, La Force marque de l’opposition, un rapport de force avec le/la partenaire. À gauche, c’est un face à face mais constructif dans sa finalité ; on joue cartes sur table.


— LE PENDU (arcane XII) : Selon le résultat obtenu lors de l’étape précédente avec La Force, L’Arcane XII marque un temps d’incertitude pour ne pas dire de valse-hésitation. Si la relation a été clarifiée, Le Pendu indique que chacun devra se détacher, se libérer de certaines entraves (conscientes ou inconscientes). Dans le cas où un langage de sourds se serait installé, Le Pendu met la relation en « ballottement ». À droite, Le Pendu marque un blocage. À gauche, L’Amoureux trouvera la solution.


— L’ARCANE SANS NOM (arcane XIII) : L’Amoureux peut traverser une crise intérieure, s’interroger sur son avenir et celui de sa relation. Selon la solution adoptée lors de l’étape précédente avec Le Pendu, L’Arcane sans nom impose une décision nette et définitive. À droite, L’Arcane sans nom exprime que les forces de l’inconscient dominent et ralentissent la prise de décision. À gauche, un événement ou le/la partenaire sera à l’origine d’un changement radical. La durabilité de la relation est au centre du questionnement.


— LA TEMPÉRANCE (arcane XIIII) : Phase d’apaisement avec La Tempérance. L’Amoureux a recouvré ses esprits et sort progressivement de la période de remous et de crise intérieure. On pourrait dire qu’une forme de sagesse voit jour en lui, mais tout n’est pas encore totalement défini, réglé. La Tempérance exprime encore le besoin de tirer au clair certaines choses. À droite, la lame XIIII montre que L’Amoureux a besoin de prendre encore du recul. À gauche, il pèse le pour et le contre avec sérénité. Dans un cas comme dans l’autre, le temps joue en sa faveur.


— LE DIABLE (arcane XV) : Rien n’est jamais acquis, définitivement. Surtout lorsqu’il s’agit de la force du désir. C’est ce à quoi Le Diable confronte L’Amoureux. Après une période d’accalmie, de réflexions, un chancellement intérieur risque de se manifester. En plaçant Le Diable sur L’Amoureux, les deux personnages du premier se superposent aux deux femmes du second et Le Diable lui-même « prend possession » de L’Amoureux. Autrement dit, Le Diable se présente là où on ne l’attend plus, c’est-à-dire dans notre partie sombre, obscure. L’Amoureux va devoir livrer une rude bataille contre ses désirs charnels.


— LA MAISON-DIEU (arcane XVI) : L’arcane XVI exprime un bouleversement selon la résistance que L’Amoureux aura su imposer et opposer à la lame XV Le Diable. Par conséquent, c’est un peu du style : ça passe ou ça casse. Ce bouleversement peut être aussi d’ordre intérieur. Après un passage tumultueux, L’Amoureux se reconstruit sur de nouvelles bases. À droite, La Maison Dieu marque un état psychologique encore fragile. À gauche, L’Amoureux fait face et remonte la pente de façon constructive en tenant compte des désirs de son/sa partenaire.


— L’ÉTOILE (arcane XVII) : La douceur prend place dans la vie de L’Amoureux. La dominante féminine de L’Étoile apporte un apaisement et une harmonie dans la vie amoureuse et spirituelle de L’Amoureux. Une amitié spirituelle et amoureuse peut éventuellement voir le jour sans pour autant mettre en péril le couple qu’il forme par ailleurs. L’Amoureux sait faire preuve de discernement et voit clair en lui-même. L’expression des sentiments n’est plus sujette aux troubles, L’Amoureux vit simplement le langage du cœur sans dérive charnelle…


— LA LUNE (arcane XVIII) : Lame du monde de la nuit et de l’inconscient, La Lune parle de l’enfance de L’Amoureux et de ses rêves exprimés ou non. L’enfant en lui vit toujours et demande parfois à renaître. Si renaissance il y a, elle se fera sous la forme du couple parfait (le couple alchimique ?) qui pourrait donner jour à un enfant. Quoi qu’il en soit la fertilité symbolisée par La Lune va davantage sceller l’union. Des questions liées à la famille peuvent occuper une place importante. Une certaine nostalgie n’est pas à exclure.


— LE SOLEIL (arcane XVIIII) : La rencontre de L’Amoureux avec Le Soleil est le gage d’un bel amour, d’une belle rencontre, etc. Mais c’est aussi la marque d’une prise de conscience supérieure chez L’Amoureux. En plaçant Le Soleil sur L’Amoureux, on voit Le Soleil recouvrir totalement l’angelot et les deux jeunes enfants ? Adolescents ? se réunir vers le personnage central de L’Amoureux. Cette superposition nous indique que les tiraillements intérieurs qu’a vécus L’Amoureux sont désormais terminés, que la voie du cœur symbolisée par la puissance solaire guide sa vie. C’est le rayonnement de la pleine conscience et de l’amour.


— LE JUGEMENT (arcane XX) : La lame XX affirme la maturité de L’Amoureux. Il se sent à présent homme, bien assis dans ses responsabilités et apte à mener sa vie comme il l’entend. Il sait que ses belles années d’insouciances, de papillonnages sont désormais loin derrière. Par conséquent, Le Jugement installe une gravité en lui. Moment délicat, mais nécessaire car structurant. C’est l’heure aussi où les voies célestes peuvent appeler à elles des êtres qui lui sont chers. L’Amoureux au contact de l’arcane XX prend brutalement conscience de l’aspect éphémère des choses.


— LE MONDE (arcane XXI) : Affirmation de ce qui a été acquis lors de l’étape précédente avec Le Jugement. Le Monde apporte à L’Amoureux une confiance en soi qui l’aide à franchir des obstacles qu’il jugeait encore jusqu’ici indépassables. Une puissance mentale et spirituelle prend corps. Dans sa relation, il devient l’élément central, incontournable grâce à la force qui émane de lui. À ses côtés, son/sa partenaire sait que le monde peut s’écrouler, ils parviendront toujours à trouver une issue. L’Amoureux communique son rayonnement à tous ceux qui l’entourent.


— LE MAT (arcane sans nombre) : De nouvelles perspectives peuvent se présenter sur la route de L’Amoureux. À ce stade, Le Mat lui indique qu’il est toujours possible de changer de voie et de s’améliorer encore et toujours. Pour cela, Le Mat lui enseigne qu’il faut savoir se détacher, voire perdre certains acquis pour mieux avancer. Phase évolutive ou involutive de questionnement au sein de son couple. Il s’agit de poser les bonnes questions. À droite, Le Mat est sujet à l’égarement, prudence. À gauche, une idée neuve peut jaillir et de là dessiner un horizon nouveau qu’il soit matériel ou amoureux.

PROCHAIN RENDEZ-VOUS : L’arcane VII - LE CHARIOT



Fabrice Pascaud pour AVS/2015
Article sous copyright - Toutes reproductions interdites.

Suivre Fabrice Pascaud