Le Tarot de l'art d'aimer

Arcane 3 - L'Impératrice

Support divinatoire pour certains, miroir psychologique pour d’autres, le Tarot s’adresse avant tout à notre monde intérieur, à cette partie secrète qui attend qu’on lève son voile pour nous donner à voir et à comprendre notre présence au monde. Vingt-deux arcanes majeurs qu’il faut considérer comme un livre initiatique auquel il manque la reliure. Cette reliure c’est à chacun de nous de la créer en fonction de notre parcours individuel et spirituel, car le tarot est avant tout un chemin initiatique qui s’ouvre par l’arcane I Le Bateleur jusqu’au Mat (l’arcane sans nombre). Et il ne saurait y avoir de chemin initiatique sans amour qu’il soit à la fois charnel et spirituel. Sur le plan de l’incarnation terrestre, l’amour a besoin de s’incarner dans une âme, un esprit et un corps. C’est pourquoi « Le tarot de l’art d’aimer » abordera essentiellement chaque lame sous cet éclairage, celui des sentiments et de l’amour. Nous découvrirons ainsi du premier au dernier arcane comment celui-ci vit sa passion amoureuse.

L'Impératrice


PRÉSENTATION :

L’arcane précédent, La Papesse, symbolise l’autorité spirituelle. À présent, avec L’Impératrice, c’est le pouvoir temporel qui s’incarne. Nous voyons une femme confortablement assise, occupant l’espace de sa grandeur, sa couronne à la fois jaune et rouge marque sa puissance (rouge) et son rayonnement (jaune). La couleur jaune exprime aussi la puissance solaire, dominatrice et le rouge, occupant la partie haute de la couronne, l’énergie mentale, voire psychique. L’Impératrice bien ancrée dans la matière sans pour autant nier les forces spirituelles impose sa suprématie par les forces de la raison, le pragmatisme.
Elle aime le pouvoir, diriger. L’orientation de son regard, vers la gauche, exprime son rattachement à certaines règles relevant de la tradition auxquelles elle ne peut se soustraire. De principe féminin, tout comme La Papesse, elle apporte le complément matériel et compose ainsi l’harmonie parfaite. La vie s’incarne aussi dans un corps physique, c’est sa marque et sa fonction. La façon dont elle enserre le bouclier recouvert de l’aigle royal est très subtile. Par ce geste passent à la fois son besoin d’exprimer clairement sa fonction, son pouvoir et la nécessité de le protéger, de faire corps avec celui-ci. Enserrer l’aigle, c’est aussi l’expression du désir de faire alliance avec les énergies célestes, par conséquent spirituelles. Sur ce plan, L’Impératrice fait allégeances, car elle a conscience de ses propres limites. Lucidité et ambition sont ses mots clefs.

SA FAÇON D'AIMER :

Elle exprime la jeunesse, l’effervescence, la vitalité. Le désir (symbolisé par la partie inférieure rouge de sa tunique) est l’une de ses forces. Elle sait très bien l’utiliser sur tous les plans de son existence. Elle aime ou elle n’aime pas, elle n’est pas l’adepte de la demi-mesure. Mais quand elle aime, il faut qu’elle possède en totalité l’autre. Il doit pratiquement « se soumettre » à ses pulsions, lesquelles sont fortes pour ne pas dire « vampirisantes ». Souffle un petit vent de folie dans sa façon d’aimer. La partie basse du sceptre repose sur la zone génitale. L’Impératrice aime avec son corps, sa chair, sa conception de l’amour n’est donc pas désincarnée, c’est tout le contraire. Là où La Papesse peut se sentir mal à l’aise face aux pulsions liées aux désirs charnels, L’Impératrice y est parfaitement à son aise. L’énergie sexuelle la stimule, la nourrit. C’est aussi une composante de sa conception de l’exercice du pouvoir. Par conséquent, résister à ses ardeurs, c’est lui lancer un défi qu’elle relève et duquel elle sort généralement victorieuse.
Dans une vie de couple, il convient de fixer très rapidement les lignes à ne pas franchir. Comme elle aime diriger, le partenaire doit s’abandonner à elle ; elle adore ! Ce qui peut avoir pour conséquence de provoquer des rapports de force dans la relation. Eh oui, s’il est de caractère fort, c’est le conflit ouvert, s’il est de caractère faible, il se soumet mais elle s’en lasse vite. Dilemme que L’Impératrice a du mal à régler. Elle sait aussi anticiper pour mieux gouverner. Subtil jeu dans lequel la manipulation est reine. Sur ce point, L’Impératrice est très forte… Dire qu’elle est fidèle, tout dépendra du partenaire. La frustration, très peu pour elle. Son énergie est telle qu’elle peut, parfois, se laisser entraîner dans des aventures où sa raison — pourtant l’un de ses attributs majeurs — peut vaciller…

ET SI LORS D’UN TIRAGE, L'IMPERATRICE RENCONTRE :



— Le Bateleur (arcane I) : ils se toisent, se jaugent, le pouvoir de séduction est grand d’un côté comme de l’autre. C’est la rencontre de l’ardeur, de la jeunesse avec tout ce qu’elle peut avoir d’insouciance et de spontanéité. Chacun peut être le jouet de ses propres illusions. L’Impératrice croit manipuler Le Bateleur et lui pense l’illusionner. Le jeu du chat et de la souris s’installe, mais lequel des deux va craquer ? Quoi qu’il en soit, cette rencontre n’engendre pas la mélancolie.


— LA PAPESSE (arcane II) : prise de recul pour L’Impératrice. La Papesse lui demande un surcroît de conscience, une obligation d’assumer les responsabilités de ses actes. En l’absence de quoi sa vie risquerait de basculer dans le cercle infernal des répétitions, autrement dit : insatisfactions sentimentales. Si L’Impératrice accepte cette phase d’autocritique, alors, sa vie s’éclairera sous un nouveau jour. La Papesse peut aussi symboliser la sœur aînée à laquelle L’Impératrice reste trop attachée.


— L’EMPEREUR (arcane IIII) : après une remise en question, L’Impératrice est prête à vivre un amour fort et durable. L’Empereur est pratiquement son double au masculin, elle se voit en lui. Mais aucune erreur ne lui sera pardonnée, elle le sait et devra donc se montrer à la hauteur de l’enjeu. L’Empereur quant à lui est fasciné par son intelligence et sa grâce, mais il pressent qu’il n’aura droit à aucune faiblesse. Le couple de l’exigence absolue.


— LE PAPE (arcane V) : L’Impératrice n’aime pas qu’on lui résiste. Avec Le Pape, elle est en présence d’une force qui la dépasse et la subjugue. Ce peut donc être l’amour impossible, infernal qui peut lui faire perdre la raison. Elle ne voit que par lui, mais Le Pape semble ne pas la remarquer. Pour le conquérir, elle devra donc changer certaines de ses valeurs, ne pas tout miser sur sa séduction. De cette rencontre, L’Impératrice peut sortir grandie spirituellement.


— L’AMOUREUX (arcane VI) : rien de tel que la rivalité amoureuse pour voir L’Impératrice se dresser de toute sa hauteur et déployer tous ses charmes et sa ruse. Avec L’Amoureux, c’est davantage le désir de conquête, de posséder, de triompher qui anime L’Impératrice que l’amour avec un grand A. Elle devra donc veiller à ne pas aller trop loin à ce petit jeu, sinon de solides inimitiés naîtront et la poursuivront.

 
— LE CHARIOT (arcane VII) : soit L’Impératrice fait une rencontre qui chamboule l’ordre de sa vie soit elle court après un mirage, se gorge d’illusions. Dans un cas comme dans l’autre, il lui faudra se méfier des artifices, des belles déclarations, etc. Ne pas s’emballer et savoir raison garder, voilà l’attitude que devra adopter L’Impératrice. « Ne pas lâcher la proie pour l’ombre » en quelque sorte…


— LA JUSTICE (VIII) : retour à soi, aux responsabilités liées à la fois à la vie sociale et intérieure. Sur ce dernier point, La Justice lui demande de tirer au clair certaines zones d’ombre relative à sa vie affective et amoureuse. Si L’Impératrice entretient une amitié amoureuse, un choix s’imposera inexorablement. Il lui faudra trancher, et ce ne sera pas facile. Un mariage peut être aussi envisagé dans la mesure où un balayage du passé a eu lieu.


— L’HERMITE (arcane VIIII) : on ne peut se fuir éternellement, ne pas s’affronter. C’est le message que lui envoie L’Hermite qui l’éclaire de sa lanterne. L’Impératrice va devoir procéder à une forme d’introspection afin de savoir à quel stade elle en est et vers où elle se dirige. Traversée en solitaire car nul ne peut l’aider en ce sens. Si elle est en couple, elle devra prendre garde aux décisions trop radicales. L’Hermite l’invite aussi à la sagesse.


— LA ROUE DE FORTUNE (Arcane X) : en fonction des résultats obtenus lors de sa phase d’introspection, La Roue de fortune la place dans la position de devoir avancer, évoluer coûte que coûte. Mais cette évolution implique aussi son partenaire ; elle doit apprendre impérativement à composer avec lui. Elle qui aime diriger, désormais il lui faut apprendre à partager. Pas facile, mais cap nécessaire pour créer l’harmonie à laquelle elle aspire tant.


— LA FORCE (arcane XI) : ah ! l’ambition, le désir de conquérir, d’avoir toujours plus. Cela entraîne une avidité sur tous les plans y compris l’amour. Avec La Force, ce sont les pulsions que L’Impératrice doit apprendre à maîtriser. Épreuve considérable pour elle qui déteste se réfréner. Pourtant, il le faudra sinon elle risque de se consumer à son propre feu, et y perdre beaucoup. Si elle y réussit, ce sera l’amorce d’une très belle réalisation amoureuse.


— LE PENDU (arcane XII) : L’Impératrice pourrait être confrontée à une situation imprévue qui risquerait de la déstabiliser. Elle qui déteste perdre le contrôle des situations, inutile de préciser qu’elle vivrait très mal la chose. Cela l’obligerait à revoir ses priorités, voire la confiance qu’elle accorde à son partenaire. Incertitude et perte de pieds. Le Pendu, qui a la tête en bas, lui demande donc un surcroît de lucidité et de maîtrise.


— L’ARCANE SANS NOM (arcane XIII) : après le passage par Le Pendu vient à présent l’heure de vérité. La Papesse va devoir tirer les choses au clair afin d’être en accord avec elle-même. Que de tiraillements intérieurs l’attendent ! Pourtant, il lui faudra changer ses vues si elle veut préserver sa vie sentimentale. Des concessions seront à faire. C’est à ce prix que la relation résistera à la faux de L’Arcane sans nom…


— LA TEMPÉRANCE (arcane XIIII) : L’Impératrice prend le temps d’écouter sa voix intérieure, ne se laisse pas influencer par le qu’en dira-t-on. Elle fait confiance en ses propres forces et La Tempérance lui apporte sa note de sagesse dont elle a tant besoin. Période de réflexion intense qui la conduira à une prise de décision d’ici peu. Grâce à La Tempérance, L’Impératrice se montre plus tolérante et compréhensive à l’égard des erreurs des autres et de son partenaire.


— LE DIABLE (arcane XV) : au jeu de la tentation, L’Impératrice en connaît très bien les règles. Par conséquent, Le Diable peut ruser, jouer de toutes ses facéties, il aura bien du mal à faire succomber L’Impératrice contre son gré. Par contre, si elle accepte de goûter les élixirs du Diable, qu’elle s’attende à un retour de flammes, mais pas celui escompté. Eh oui, qui est pris qui croyait prendre ! En couple, ce peut-être l’explosion. Célibataires, c’est la promesse de folles aventures, mais sans lendemain.


— LA MAISON-DIEU (arcane XVI) : détermination et table rase, La Maison Dieu invite L’Impératrice à revoir ses objectifs. Si elle n’anticipe pas d’elle-même, les événements l’y contraindront. Son acuité intellectuelle est excellente et ses décisions rapides et efficaces. Une énergie à la fois physique et psychique se renouvelle et la porte vers de nouvelles réalisations et rencontres. L’une d’entre elles pourrait remettre en question l’équilibre du couple, si couple il y a. La passion est fortement présente et guidera ses choix.


— L’ÉTOILE (arcane XVII) : on serait tenté de dire que L’Impératrice suit « sa bonne étoile ». Elle ressent au plus profond qu’une autre force existe, une force au-dessus d’elle et contre laquelle son pouvoir « terrestre » ne peut rien. Elle en accepte la réalité et oriente sa vie vers plus de spiritualité. C’est en quelque sorte le lien entre le temporel et le spirituel qu’elle essaie de créer. Sa vie amoureuse s’en trouve de fait transformée positivement. Un état de grâce la touche.


— LA LUNE (arcane XVIII) : L’Impératrice passe par des états d’âme, s’interroge sur sa condition en tant que femme. La Lune sollicite sa féminité. La question de fonder une famille et une descendance se pose aussi. L’Impératrice sent le poids du temps et sait qu’elle se trouve à une étape cruciale de son existence. Son intuition s’affine et certains de ses rêves peuvent être prémonitoires. Elle doit accorder confiance aux forces de son inconscient, elle si attachée à la raison raisonnante. Pas facile, mais une étape essentielle à son évolution.


— LE SOLEIL (arcane XVIIII) : l’étape précédente liée à La Lune a demandé à L’Impératrice de s’intérioriser afin de régler des questions fondamentales concernant sa vie intime et affective. À présent, Le Soleil lui communique la force de concrétiser ses désirs, d’incarner ses décisions. Se présenteront à elle des aides sincères et solides qu’elle devra accepter. Son orgueil, elle devra le laisser de côté, c’est aussi le message du Soleil : abandonner son ego. L’amour s’écrira avec le grand A de l’absolu.


— LE JUGEMENT (arcane XX) : avec Le Jugement, les puissances de « l’en haut » l’appellent de plus en plus. Mais ses devoirs de « l’ici bas » la happent considérablement. Il lui faudra donc trouver le moyen terme afin de vivre les deux à égale intensité. Gigantesque épreuve que L’Impératrice peut relever tant sa force intérieure est grande. Sa vie de femme est de plus en plus épanouissante et le couple communie dans la plus parfaite osmose. Si L’Impératrice est seule, ce sont alors les forces de « l’en haut » qui la capteront le plus et donneront un nouveau sens à sa vie.


— LE MONDE (arcane XXI) : Le Monde, arcane lumineux, bienfaiteur, mais à l’exigence implacable. L’Impératrice devra être à la hauteur de tous ses engagements, ne jamais faillir, sinon la chute sera vertigineuse. Son ambition devra être mesurée, ne pas viser trop haut. Saura-t-elle se montrer « raisonnable » ? Là est la question … Si oui, alors, les portes de la réussite tant sociale que sentimentale s’ouvriront à elle. Le destin lui donne les clefs de son libre arbitre en somme…


— LE MAT (arcane sans nombre) : L’impératrice ressent le besoin de revenir à soi, donc d’en passer par une étape de solitude. Mais elle devra veiller à bien informer son entourage afin qu’il n’y ait aucune mauvaise interprétation de sa décision. Avec Le Mat ce peut être une fuite en avant totalement stérile ou une nouvelle évolution qui l’attend. C’est en quelque sorte un chemin vers l’inconnu qui ne peut que stimuler une éclosion intérieure. Qui sera-t-elle au retour si retour il y a ? Une autre femme à coup sûr.

PROCHAIN RENDEZ-VOUS : L’arcane IV - L'EMPEREUR



Fabrice Pascaud pour AVS/2014
Article sous copyright - Toutes reproductions interdites.

Suivre Fabrice Pascaud